« Carte Blanche à Paul Jorion »,

ce mercredi 22 avril à 20h00, dans les locaux de l’ASBL Ecoges,
5 Rue de la Gare du Nord à Thuin.

(Renseignements et réservations : 071/59.48.49)

« L’économie est une chose trop sérieuse pour être attribuée aux seuls économistes »

Ex-trader, chroniqueur, écrivain, conférencier, chercheur … Paul Jorion nous fera l’immense honneur et le grand plaisir de déposer ses valises à Thuin pour une conférence à ne pas rater pour essayer de mieux comprendre ce système économique qui dirige notre monde. Paul Jorion, né le 22 juillet 1946 à Bruxelles, est titulaire de la chaire « Stewardship of Finance » à la Vrije Universiteit Brussel. Il est également chroniqueur au Monde-Économie et fait partie du Groupe de réflexion sur l’économie positive dirigé par Jacques Attali. Il est diplômé en sociologie et en anthropologie sociale (Docteur en Sciences Sociales de l’Université Libre de Bruxelles). Il a enseigné aux universités de Bruxelles, Cambridge, Paris VIII et à l’Université de Californie à Irvine. Il a également été fonctionnaire des Nations-Unies (FAO), participant à des projets de développement en Afrique. Paul Jorion a travaillé de 1998 à 2007 dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il avait préalablement été trader dans une banque française. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’économie mondiale dont Investing in a Post-Enron World (McGraw-Hill 2003) un ouvrage en anglais relatif aux répercussions pour les marchés boursiers de la faillite de la compagnie Enron et La crise du capitalisme américain (La Découverte 2007 ; Le Croquant 2009) dans lequel il annonce la crise des subprimes qui se révélera au grand public effectivement quelques semaines plus tard.
Autres ouvrages du même auteur : L’implosion. La finance contre l’économie : ce que révèle et annonce « la crise des subprimes » (Fayard 2008), La crise. Des subprimes au séisme financier planétaire (Fayard 2008), L’argent, mode d’emploi (Fayard 2009), Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard 2009), Le prix (Le Croquant 2010), Le capitalisme à l’agonie (Fayard 2011) et La guerre civile numérique (Textuel 2011). Misère de la pensée économique (Fayard 2012), La survie de l’espèce (Futuropolis/Arte 2012) avec Grégory Maklès et Comprendre les temps qui sont les nôtres (Odile Jacob 2014). Paul Jorion tient un blog qui annonce une moyenne mensuelle de
160 000 connexions: http://www.pauljorion.com